Endométriose & pression à la maternité

Sur le site Girls, une question sur l’endométriose a été posée par une très jeune femme de 14 ans, Samalounetha. Sur ce lien vous pouvez trouver l’intégralité de la question-réponse: http://goo.gl/v5cZ50. Merci au site de parler d’endométriose.

Un extrait de sa question :

extrait1girls

Un extrait de la réponse:
extrait2girls
Et ma réaction, à la lecture:

choc

L’endométriose est la première cause d’infertilité chez la femme. Si c’est leur désir, beaucoup de femmes vont réussir à avoir des enfants de façon naturelle, d’autres vont devoir passer par la PMA (Procréation Médicalement Assistée) qui peut être un parcours compliqué. Le super-Collectif BAMP informe et soutient les femmes et/ou les couples qui sont confrontés à l’infertilité. Avec implication ou pas de l’endométriose, un couple sur 6 est touché par l’infertilité. L’environnement semble aussi fortement impliqué. Les perturbateurs endocriniens touchent la fertilité des femmes, tout comme celle des hommes. Et je ne peux que vous conseiller d’aller voir leur site : bamp.fr. Mais ce n’est pas le sujet de cette tribune.
Le sujet est la pression faite aux femmes pour être mères et à quel point cela peut être amplifié et compliqué quand on est atteinte d’une maladie qui est la première cause d’infertilité chez la femme…

Samalounetha se pose des questions sur sa maladie. Tout d’abord, il serait préférable qu’elle consulte un spécialiste au plus vite pour obtenir une prise en charge la plus adaptée possible et pas dans un an ! Elle a 14 ans ! « Il est conseillé de programmer une grossesse assez jeune ». Donc à 14 ans ? Il faut déjà commencer à «programmer» une grossesse ?
Le verbe programmer est tout à fait approprié au contexte de pression exercée sur les femmes pour être mères : Entre finir ses études, trouver un boulot, être la plus belle, la plus intelligente et la plus mince, faudra aussi que tu cases une grossesse, et jeune car tu as un fort risque d’être infertile … Est-ce qu’à 14 ans la priorité n’est pas de vivre en meilleure santé possible ?

La pression à la maternité s’exerce sur toutes les femmes. Y’a même Jennifer Aniston, qui ne s’est jamais caractérisée par son féminisme forcené, qui a pris la parole pour dire qu’elle en avait marre ! « Je n’aime pas la pression que tous ces gens mettent sur moi, et sur les femmes en général, et dont l’état de pensée se résume au fait que si une femme n’a pas d’enfant, elle a raté sa vie »
Je ne pense pas que ça soit anodin qu’une star prenne position sur le sujet. Car la grossesse et la maternité semblent être devenues des événements médiatiques à «programmer» entre la montée des marches à Cannes et la dernière promotion d’un film. Dans leurs articles, le journaliste Nicolas Houle, ou la blogueuse Magenta Barideau se questionnent sur les raisons de cette fascination médiatique ? Quand et pourquoi la maternité fait partie de la vie publique? Pourquoi c’est devenu un sujet people ? Et est-ce que tout cela ne participe pas à la coercition : faut-être-mère-en-fait-c-est-un-ordre?
Comme Jennifer Aniston, nous avons toutes entendues : Une femme qui n’est pas mère n’est pas « complète », « aboutie », « épanouie ». La maternité est la « plus » belle expérience dans la vie d’une femme (Vous êtes bien sûrs que c’est mieux que boire un chocolat viennois ? Non c’est juste pour être sûre ?)

Donc une femme ne se réaliserait tout à fait qu’à travers son potentiel reproductif?

Et quand on a la maladie qui est la première cause d’infertilité ! Cela complique les choses ! A 14 ans, Il est conseillé à Samalounetha de programmer une grossesse jeune… Pour les femmes atteintes d’endométriose, la pression est amplifiée : «J’ai un fort risque d’être infertile dans un monde qui pense que pour être tout à fait femme, faut être mère…»
Les questionnements qui sont déjà très, trop présents dans la vie des femmes peuvent se multiplier : « Est-ce que je suis infertile ? Stérile? En fait, est-ce que je veux des enfants ? Et quand ? Faut que je me dépêche ? »
Les traitements et interventions chirurgicales sont des nouvelles composantes à prendre en compte dans le « programme ». Les traitements hormonaux peuvent apporter une meilleure qualité de vie et permettre de diminuer différents symptômes de la maladie mais sont en majorité des contraceptifs : Quand est-ce que j’arrête mon traitement ? Pour combien de temps ? Avant ou après l’intervention chirurgicale ? Est-ce que la convalescence ne va pas être trop longue et retarder encore ma grossesse déjà potentiellement incertaine?
Ces questions sont parfois relayées par l’entourage : «C’est pourtant facile de faire un bébé, tu veux que je t’explique ?» ou «Mais tu penses que tu vas réussir à avoir un enfant avec cette maladie ?» et le corps médical «Vous allez surement devoir passer par la PMA pour avoir un enfant.» Euh, je ne vous ai pas encore dit que je voulais un enfant ? Si ?

Et toutes ces questions sont épuisantes!

tired


Mais est-ce que la vie est programmable
? Est-ce que la maternité est obligatoire ? Pour contrebalancer cette pression, plusieurs articles, dossiers ont commencé à parler du «choix» de ne pas être mère. Mais bon, est ce que c’est toujours un vrai choix ? Pourquoi faut-il que ça soit un choix ? Est-ce que ce n’est pas aussi souvent : Etre infertile, ne pas avoir pu avoir d’enfant car nous sommes seules, ou tout simplement vivre sa vie et réaliser que ce n’est pas arrivé? Pourquoi en tant que femme, il faut forcément se positionner si clairement et fortement sur le fait d’être mère ou pas ? Pourquoi c’est une question si importante, voire oppressante pour les femmes ?

Est-ce que le plus important, ce n’est pas de vivre du mieux possible ?

Liens :

* L’intégrale de la question-réponse sur le site Girls : http://goo.gl/4NZej0

* L’interview de Jennifer Aniston sur la pression de la maternité : http://goo.gl/XJvPT8

* Les articles du journaliste Nicolas Houle, et la blogueuse Magenta Barideau sur la représentation médiatique de la maternité des stars : http://goo.gl/jH6hpG; http://goo.gl/ARQAmX

* Causette mai 2015, article: Nullipare En avoir ou pas (des enfants ?)
Que dire du terme Nullipare…

Avec l’association ENDOmind. Merci à toute l’équipe!

ENDOmindlogo

9 commentaires sur “Endométriose & pression à la maternité

  1. Si c’était si simple… Avoir le choix est-ce un luxe quand on est atteinte d’endométriose ? Beaucoup de questions sont soulevées merci à toi de les exposer ici.

  2. Non mais je rêve! Cette petite découvre qu’elle a un soucis conséquent pour son âge et cette dinde lui conseille d’avoir des enfants jeunes! Seul un spécialiste peut lui diagnostiquer une endométriose. Inutile de la paniquer chaque chose en son temps. Merci pour vos articles Endomind

  3. Là pour le coup c’est le médecin qui donne la note dramatique 😉 . comment on peut réagir ensuite à s’entendre dire ça à 14 ans sans avoir eu de diagnostic? Déjà quand on a 30 ans et qu’on s’entend dire qu’il ne faut pas tarder c’est déstabilisant, alors en pleine adolescence..
    J’aime beaucoup tes réflexions sur ces différents sujets, beaucoup d’analyses intéressantes.

    • Ah oui, tu as raison, faudrait lui dire de ne pas dramatiser 🙂 Merci pour ton commentaire! Cela me touche! Nos discussions et tes billets nourrissent ces réflexions. J’ai réalisé le côté stressant du « choix » que l’on doit absolument faire avec la lecture d’un de tes billets.

  4. […] Quand je l’ai reçu j’ai été super heureuse de découvrir son texte sur la remise en question des normes déclenché par le diagnostic d’endométriose. La pression à la maternité s’exerce sur beaucoup de femmes. Pour les femmes atteintes d’endométriose, la pression est amplifiée : «J’ai un fort risque d’être infertile dans un monde qui pense que pour être tout à fait femme, faut être mère…». J’en ai  beaucoup parlé ici : https://modimaginaire.wordpress.com/2015/06/06/endometriose-pression-a-la-maternite/ […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s